Tous les derniers rapports n’étaient déjà pas très bons. Mais celui publié par le professeur Atsuhiko Isobe, du Centre de recherches océaniques et atmosphériques de l’université de Kyushu, dans la revue Microplastics and Nanoplastics, Nature, fait l’effet d’une bombe.

La quantité de plastiques présent dans nos océans serait 5 fois plus élevée que nous le pensions. Et cette augmentation soudaine est majoritairement due à l’étude des microparticules de plastique. Ils y auraient 24,4 trillions (milliards de milliards), au lieu de 5,5 trillions pressenti auparavant. Leurs tailles est comprise entre un et cinq millimètres. Cette petite taille favorise leurs déplacements et leurs regroupements au gré des courants, créant ainsi des continents de plastique, se déplaçant sur l’ensemble du globe.

Cette pollution aux microplastiques se concentrent au plus près des pays les plus industrialisés, notamment au nord de l’Angleterre, dans la mer d’Irlande, la mer du Japon et l’océan Indien. Dans l’océan Indien, un continent de plastique est présent depuis plusieurs années, et sa taille et son poids ont été sous-estimés. Selon l’étude du professeur Isobe, pour l’ensemble du globe, il y aurait jusqu’à 578 000 tonnes de plastique présent dans les océans, ce qui représente entre 130 grammes et 2,6 kilogrammes de plastique par kilomètres carrés.

Les conséquences du plastique dans nos océans sont connues de longues dates : disparation de beaucoup d’espèces, destruction de la faune et la flore…

 

Aujourd’hui, la conscience environnementale des citoyens, des entreprises et des collectivités prend de plus en plus de place. Beaucoup d’entreprises innovantes se penchent sur la question durable, afin de limiter au maximum tous types de déchets confondus pour notre environnement.

Concernant le plastique, ils existent des solutions simples pour éviter son usage. Un des déchets plastiques les plus présents dans nos océans est la bouteille en plastique. Pourtant, il est très simple de supprimer la bouteille plastique de notre quotidien.

Cela se fait en plusieurs étapes :

-          Dans un premier temps, il faut se recentrer uniquement sur l’eau du robinet. C’est-à-dire qu’il faut prendre conscience que l’eau du robinet est de bonne qualité, et qu’on peut encore la rendre de meilleur goût très facilement.

-          Deux options sont alors possibles : l’installation d’un filtre en charbon actif sous votre évier, élément purement naturel et permettant de supprimer le chlore, les pesticides, les herbicides, le mauvais goût et les mauvaises odeurs de votre eau. Vous pouvez découvrir notre filtre Emmo.

Où alors l’installation d’une fontaine à eau, qui en plus d’être associé à un filtre en charbon actif, vous permettra d’obtenir une eau fraîche, tempéré, chaude, plate ou gazeuse. Découvrez notre gamme de fontaines.

-          La consommation d’eau via votre robinet ou une fontaine à eau vous permettra de supprimer la bouteille en plastique de votre quotidien. Ils existent une multitude de gourdes, carafes écologiques, comme la gamme Emmo qui permettent de remplacer la bouteille en plastique.

 

La fin de la bouteille en plastique, c’est un geste citoyen, solidaire et impératif pour sauver nos océans.

Via sa marque Emmo, Talassa a souhaité s’engager dans cet effort en proposant des produits de qualités qui se substituent à l’utilisation du plastique.